La Fondation

Démarche éco-responsable

L’établissement a intégré dans sa démarche continue d’amélioration de la qualité et de la sécurité des soins un volet développement durable dans son Projet 2017-2021.

Le développement durable se définit comme « la capacité des générations présentes à satisfaire leurs besoins sans empêcher les générations futures de satisfaire leurs propres besoins ».

Le développement durable apporte une vision globale et à long terme en conciliant trois dimensions :

  • Une gestion économique fiable
  • Un établissement socialement intégré
  • Un établissement de santé écologiquement respectueux  

La Fondation a rédigé une politique « Développement durable » en 2010. Chaque salarié a été destinataire d’un petit guide de l'agent éco-responsable. (Guide version 2017 à télécharger).

Mesures déjà appliquées


Une chaufferie biomasse

Ce chauffage collectif au bois répond parfaitement aux nouvelles exigences environnementales. Sûre, économique, écologique, la production d’énergie thermique à partir de la biomasse est une vraie solution d’avenir.  

Des constructions aux normes BBC

Le Foyer de Vie de Lanvollon, ouvert en 2013 est un bâtiment aux normes BBC (Bâtiment Basse Consommation) et dont l'aspect environnemental est au cœur du projet.  

Dématérialisation du Dossier Patient

La dématérialisation du dossier patient, initiée en 2011 a fait diminuer la consommation en papier de 10 à 50 % selon les Pôles entre le 1er et 2ème trimestre 2012.

Mise en place du tri sélectif

En 2012, la Fondation Bon Sauveur a signé une convention avec le Smictom (Syndicat Mixte Intercommunal de Traitements des Ordures Ménagères).

L’objectif étant la mise en œuvre du tri sélectif (monoflux) sur l’ensemble de la Fondation. La convention prévoit la distinction des ordures ménagères (sacs noirs) et le tri monoflux (sacs transparents) dans les poubelles des services, puis dans les conteneurs de ramassage.

Des imprimantes calibrées

Le déploiement de nouvelles imprimantes entre 2015 et 2016 s'intègre dans la démarche "développement durable" de la Fondation, en favorisant la dématérialisation de certains usages comme la possibilité pour le personnel soignant de scanner des documents qui pourront par la suite être intégrés au Dossier Patient Informatisé et le paramétrage automatique du noir et blanc de préférence à la couleur.

Des produits locaux dans les cuisines

Le service restauration s’investit depuis quelques années dans une réflexion d’achats de produits locaux et de qualité, une démarche de développement durable en privilégiant les acteurs de territoire. Tous les menus sont produits par une équipe 100 % issue de la Fondation, qui, chaque matin, prépare sur place, les entrées et desserts pour le service du midi. 47 % des produits utilisés sont frais contre 36 % de surgelés.

25 % de l’approvisionnement en légumes frais vient de l’ESAT de Plouisy, qui travaille avec des  fournisseurs locaux.

17 tonnes de légumes sont nécessaires par an pour produire les soupes et pour assurer les 180 kg de garniture quotidienne.

De même l’approvisionnement local est privilégié sur les viandes. Le pourcentage de « Viandes de France » varie de 85 % à 95 % par semaine. Les principaux fournisseurs de la cuisine centrale sont des

entreprises françaises et bretonnes : Pomona (Brest), Lactalis (53), la ferme de Béthanie (Fondation Bon Sauveur de Picauville), Tentriade Le Veau (35), Jean Floc’h (56), Hénaff (29).

Dans le cadre d’une restauration collective hospitalière, la notion de filière courte diffère bien sûr de celle du particulier. Seuls de grands groupes, avec des engagements transparents qui répondent aux exigences de qualité, de territoire, de provenance, peuvent satisfaire aux priorités sanitaires de la restauration collective.

Notre projet de développement durable

  • Définir et écrire une politique de développement durable au sein de la Fondation.
  • Compte-tenu de l’enracinement local de l’établissement et de son rapprochement avec les établissements de santé locaux, travailler en lien avec ces différents partenaires et se rapprocher de leur agenda COP21.
  • Identifier un référent développement durable au niveau de la Fondation.

Achat

  • Engager une réflexion sur nos pratiques afin de réduire nos consommations (centrale de diffusion, matériel de nettoyage de type Rotowash qui permettent de supprimer la consommation de produits chimiques).
  • Développer les achats de produits écolabel.
  • Favoriser les circuits courts et les producteurs / distributeurs locaux.
  • Favoriser les entreprises de travail adapté.

 

Technique

  • Mise en place d’un système de suivi (en temps réel) de nos consommations d’énergie et d’eau. Equipement WIT retenu.
  • Formation et sensibilisation des professionnels des services techniques à ces données.
  • Identifier un gestionnaire énergie au sein du service technique.
  • Redéfinir les secteurs qui doivent rester éclairés en permanence.
  • Concernant le site de Bégard, mettre en conformité nos réseaux EU / EP en lien avec la communauté des sœurs.
  • Moderniser notre réseau AEP afin de limiter les fuites d’eau.
  • Mise à jour du bilan GES et plan d’actions à mettre en œuvre.

Immobilier

 

  • Adapter les superficies à l’activité réelle, ce qui conduira à une réduction des superficies.
  • Amélioration permanente de la qualité énergétique de nos bâtiments contre le froid et aussi contre la chaleur (pose de stores, brise-soleil…).
  • Modernisation constante de nos installations électriques (éclairage LED, détecteur de présence…).

Cuisine

 

  • Engager une réflexion sur nos pratiques afin de réduire nos différentes consommations (consommation d’eau liée au lavage, consommation d’électricité en réduisant les amplitudes de production, bacs inox pour réduire les consommations à usage unique….).
  • Lutter contre le gaspillage alimentaire.
  • Favoriser les approvisionnements en circuit court avec des fournisseurs locaux et régionaux.
  • Favoriser les entreprises de travail adapté pour la fourniture de denrées.
  • Etudier la faisabilité de développer les produits bio.

 

Espaces verts

 

  • Tendre vers la disparition des produits phytosanitaires polluants.
  • Former les jardiniers aux nouvelles techniques d’entretien des espaces verts.
  • Par rapport à la sous-traitance, être vigilant sur le contenu du contrat et la nature des prestations proposées.
  • Compte-tenu de la taille du parc du site de Bégard, développer les solutions d’entretien de type éco-pâturage.
  • Mettre en œuvre un programme de plantation d’arbres (les espaces verts sont souvent très horizontaux).
  • Par rapport aux espaces laissés vacants suite aux démolitions sur la partie basse de l’enceinte de Bégard, aménager un parc.

 

Déchets

 

  • Poursuivre et affiner le tri des déchets dans tous les services de l’établissement.

 

Parc Auto

 

  • Compte-tenu de la nature du parc automobile actuel qui est entièrement diesel, engager une réflexion sur le meilleur compromis coût d’achat / entretien / consommation / pollution pour déterminer le type de véhicules à acheter.
  • Limiter les déplacements.
  • Etudier l’intérêt et la faisabilité de la mise en œuvre de bornes de recharge pour véhicules électriques.